Vous êtes ici : Accueil > Blog > INCESTE

INCESTE

Nous sommes là pour vous accompagner !

Publié le 13 Jan 2019 à 17:02 par Stéphanie_LMB dans Violence | 262 vues | 0 commentaire

Au sein d’une famille incestueuse, les différences sont floues entre les générations, entre les espaces et les rôles des uns et des autres, et il y a peu de respect pour l’intimité de chacun. Il est alors difficile pour les enfants de bien repérer les différences entre petits et grands. Il règne dans ces familles une ambiance incestueuse sans qu’il n’y ait pour autant de passage à l’acte incestueux.

Au sein d’une famille incestueuse, l’intimité de l’enfant n’est pas respectée : on l’embrasse sur la bouche, on prend son bain ou sa douche avec lui, on le laisse dormir dans le lit des parents ou des aînés… Les portes des toilettes, de la salle de bain et des chambres ne ferment pas, ou bien on entre dans la salle de bain alors que quelqu’un est en train de se laver. Les affaires de chacun sont rarement personnelles : chacun se sert chez les autres.

Cette confusion risque de rendre un enfant spectateur de scènes qu’il ne peut pas gérer : nudité des adultes, sexualité de ses parents, confrontation à de la pornographie… Son statut d’enfant n’est pas respecté, et il n’a pas les bons repères dans ses relations aux autres. Il risque donc de ne pas savoir identifier les approches sexuelles d’un adulte, de ne pas pouvoir s’en protéger et d’être ensuite incapable d’en parler.

Il est toujours essentiel pour chacun d’avoir son espace individuel, sans confusion possible avec celui des autres. Les limites protègent et apprennent à chacun le respect de l’autre dans son intimité et ses différences (d’âge, de culture, de désir…)

L’enfant qui grandit au sein d’une famille incestueuse risque d’avoir des difficultés à se structurer, à avoir sa propre identité et ses propres désirs, mais aussi à percevoir les autres comme différents de lui. Cette carence peut l’amener à devenir agresseur malgré lui en imposant ses choix ou ses désirs sans comprendre que l’autre ne les partage pas.

Un enfant n’a pas les connaissances, l’expérience, ni les mots pour dire ce qu’il a vécu ou subi puisque la sexualité lui est inconnue. C’est donc avec son corps qu’il va exprimer sa souffrance et son mal-être.

En cas de doute, consultez un professionnel.

Voici quelques signes qui peuvent vous alerter :
– ecchymoses, douleurs et plaies sur les parties intimes, les cuisses ou ailleurs sur le corps ;
– irritations génitales et buccales, infections urinaires récurrentes ;
– prise/perte importante de poids ;
– chez les plus grands, troubles alimentaires, signes d’automutilation et de scarification, consommation de drogue et d’alcool.

Voici quelques changements de comportement qui peuvent vous alerter :
– il s’isole, ne raconte plus ses journées, ne dit plus ce qu’il fait, se désintéresse de ce qu’il aimait habituellement ;
– il a peur, refuse d’aller seul quelque part ;
ses résultats scolaires se dégradent ;
– il refuse les câlins, la proximité physique ;
– il ne veut plus se dénuder devant un adulte pour se laver, pour un examen médical ou pour aller à la piscine/plage ;
– il est angoissé, nerveux, pleure souvent ou se met en colère, régresse, se met à agir et parler comme un bébé, à sucer son pouce, à mouiller son lit alors qu’il était propre ;
– il a perdu l’appétit, souffre d’insomnie, a peur de s’endormir, fait des cauchemars récurrents ;
– il montre un intérêt anormal pour la sexualité : il aborde des sujets sexuels dont il ne devrait pas avoir connaissance à son âge, mime des jeux sexuels, se masturbe ou mime des bruits sexuels en public, fait des dessins tendancieux, multiplie les comportements de séduction ;
– il se montre agressif avec ceux qui l’entourent.

En toute circonstance :

OBSERVER

PROTÉGER

SIGNALER 


pedo.help/fr/accueil/


Laisser un commentaire:

Articles similaires